Dix mots de bonheur

histoire d’un amour meurtri

« Je t’aime, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ! »
Chacun connaît ses terribles mots-aimant.
Chacun s’est surpris un jour ou l’autre à effeuiller sa marguerite pour lui avouer son amour.
Chacun s’est amusé à espérer que chaque pétale soit ce vêtement qui tombe pour découvrir la profondeur de l’amour !

Rêver
Fantasmer
Aspirer

Aimer
Désirer
En être fou…

Context-huuu-elle

Dans trois jours, je me meurs.
Mais ne me pleurez pas, et n’ayez aucunement pitié de moi.
Soyez joyeux, bien au contraire ; j’ai bien vécu, bien respiré…
le bonheur : ce doux parfum de l’amour.
J’ai eu : ma vie sous les cocotiers, passionna et desiderata, à la fois.

Si j’avais à me décrire, il parait que je suis le sosie physique de Léon Tolstoï, la grandeur en moins, l’humanité en plus. Et, encore moins, sa plume…
Mais, je n’ai pas mon pareil, côté bagou, limite infernale, toujours plein de chaleur, souvent emporté, parfois plein de douceur. Bref, un ours dans sa splendeur.

La douceur, c’est elle.
Conquérante de ma vie, et, pleine de cautèle.
(Vous savez cette patience rusée qui sait attendre le temps qu’il faut, qui sait vous modeler un futur meilleur à coups de pattes velours.)

On s’est rencontré, il y a de cela 90125 jours exactement.
J’étais d’une humeur de chien, massacrante, destructrice, brutale. Et tout cela, à cause… grâce… à un hameçon.
Je revois la scène encore, la vis toujours, et la décris sans cesse, sans peine aucune :

Je me promenais sur mon balcon, à moitié nu, enfin torse et pieds nus, en train de lire ce roman qui me fascinait tant par son côté imaginatif, aussi irréel que spirituel. Quand, soudain, la réalité, elle bien réelle, me rappela à l’aspiration d’une douleur que me serina mon pied gauche. Au talon, un bel hameçon, tout pourri, limite rouillé, se distinguait, fier de son exploit sanguinolant. À ce moment-là, le “Ding dong” de la porte d’entrée qui retentit en farandole.

Et moi, de gueuler furax, à la fois blessé dans ma chair, et d’être dérangé dans ce pénible moment :
« J’arrive, deux minutes… purée, quoi ! » (ces deux derniers mots dits d’un ton plus bas).

Quand, donc, j’ouvris ma porte, je la vis elle, cette future mienne, accolée au mur. Ce regard si clair, si limpide, aux yeux en amande et de couleur quasi vert pomme, légèrement peiné, sûrement gêné. Cette voix cassée, qu’elle a, façon Jacques Brel au féminin, à la fois envoûtante, chaleureuse et doucereuse, m’informait que c’était elle la cause de mon petit malheur. Et, de déclamer qu’elle allait me soigner, elle d’infirmière qu’elle était, et m’invitait à monter me panser.

Ce petit bout de femme et son environnement familier était, est, une invitation à la sérénité. Tout était fait à son autour pour se reposer, se calmer. Cette odeur, j’appris plus tard l’encens, parfumait tranquillement à chasser ces mauvaises idées qui nous tiraillent la chair.

D’invitation qu’elle me donna, à d’autres entremets, entrechats que nous effectuâmes, ce furent donc tous ces jours que nous finîmes par passer ensemble. Heureux et fiers de l’être. L’un et l’autre, l’un à l’autre. Un an plus tard, nous étions mariés, enlacés fidèlement, l’un pour l’autre, et réciproquement.
Autant juridiquement que religieusement.

Lea-Marine et moi.
Ma Lea, Ma marine.
Quel joli prénom !

L’évènement

Pourquoi vais-je mourir dans trois jours ?
Oh, une sombre histoire.
Bien sombre, et, bien triste.

Pour revenir dans le temps, quelques temps après notre mariage civil et religieux, il y eut un événement marquant. Événement qui se répercuta dans chaque démocratie, dans chaque pays :
La destruction civile et juridique de toutes les religions et autres corpuscules de même acabit.

Les gens, les responsables politiques, tous en avaient marre, et, étaient écœurés de ce sentiment laminaire et lapidaire dans notre histoire humaine :

  • Un pape ici que l’on voulu supprimer et qu’on fit sauter avec toute sa cour cardinale, ébranlant le cœur de plus d’une nation.
  • Un président protestant, fou meurtrier, au doux nom de la liberté démocratique à la fâcheuse tendance à l’imposer à tout prix.
  • Ailleurs, le massacre auto-génocide de juifs contre musulmans…
  • sans oublier les actes terroristes, légitimes ou non.

Bref, un « c’est assez ! » à l’échelle planétaire qui conduisit à l’abrogation de ces totems déifiants et meurtriers.

Une chasse aux sorcières s’ensuivit.
Tout culte était menacé, menaçable dans nos sociétés hyper-numérisées, vidéo-câblées. Et les moyens étaient à la hauteur des espérances… bien rances.

Ma Lea-Marine et moi allons mourir pour haute trahison à la nation, infidélité juridique et civile. Nul ne peut nous sauver… et le moindre avocat qui s’y risquerait, se verrait déposséder de son statut civil et juridique… guère plus enviable.

Amour : Un

Ce que cette mort, digne à notre foi, notre amour, ne peut, ne pourra jamais nous enlever est cette profondeur. Ce lien qui nous a toujours uni, qui nous uni encore ici.
Nous avons été… nous sommes heureux d’avoir été ensemble.

Notre dernier souhait commun : avoir pour épitaphe ces fameux dix mots de bonheur, inscrite sur nos urnes commémoratives !

« Je t’aime, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ! »

Car notre vie, depuis ce jour vermeil d’un petit hameçon à aujourd’hui, n’a été conduit que par une et une seule folie : l’Amour !


EsteBaN H.
le 11 mars 2005
à 21 h 11


Cette œuvre est diffusée sous Licences Art Libre 1.3, et CC-By-SA 4.0.

updatedupdated2020-04-302020-04-30