À La Question

À la question : ‘Pourquoi suis-je si mal ?'…
Au dire : ‘Il faudra bien que tu t’y fasses…’
À tout ça, et bien encore, je ne sais trop que peu répondre.

L’homme se doit-il d’être de culture, mieux vaut-il qu’il ne soit inculte ?
Quelles sont ses armes pour vivre sans que ne s’arrachent des larmes ?
Quelle est la différence des êtres si ce n’est qu’ils ne se ressemblent que trop !

Alors pourquoi ces luttes fratricides qui ne se décharnent qu’à l’intérieur de son corps ?
Si la sérénité est le rêve d’un instant, où est le bonheur, la trêve du moment ?

Faut-il toujours compter les points pour se rendre compte du poids de nos décomptes :
‘nos meurtres’, ‘nos infamies’…

Qui es-tu, toi :
un être si fragile qui se gausse d’être de nos plus forts.

Ne te précipites-tu pas vers ta propre mort, avec l’avis de ceux qui font tes abords ? !
Quelle doit-être ma charge ?

Où est la trame, celle de la différence qui fait du poids un fardeau ?
Où est sa mesure, et, pourquoi n’y voit-on qu’indifférence !

Question-réponse :
À ma question, y a-t-il réponse ?
À la réponse, y a-t-il ma question ?

Pourquoi ai-je l’impression de tourner en rond, le temps du cercle, de sa révolution.

N’y a-t-il pas trop d’air qui nous gonfle au point d’exploser ?
Serait-ce là le début de mon évolution ?

Dois-je dire maintenant ‘amen’, mais ‘amen’ à quoi, à tout ce qui me malmène ?
Non, non, non… et non !


Pourquoi ?


EsteBaN HACHE
Le 3 juillet 2000


Cette œuvre est diffusée sous Licences Art Libre 1.3, et CC-By-SA 4.0.

updatedupdated2020-08-052020-08-05