Comprendre ce qu’est le péché

En ce qui concerne le péché, voici quelques-uns des points principaux que la première lettre de l’apôtre Jean a écrit va nous permettre de mettre en exergue :

Tous pêcheurs

1 Jean 1:8 : « Si nous déclarons : « Nous n’avons pas de péché », nous nous trompons nous-​mêmes et la vérité n’est pas en nous. »

1 Jean 1:10 : « Si nous déclarons : « Nous n’avons pas péché », nous faisons de lui un menteur, et sa parole n’est pas en nous. »

Nous péchons tous, et ceux qui se targuent de ne pas pécher n’ont pas la vérité. En agissant ainsi, nous mentons ET nous faisons de Dieu un menteur !

D’ailleurs, en mentant, nous pêchons, puisque nous n’avons pas la vérité en nous. Et, non, il n’y a pas de distinctions entre petits mensonges et gros. Pour Dieu, c’est pareil : un mensonge est un mensonge !

Cela implique de reconnaître notre état de pécheur, l’accepter tout simplement.

Un intermédiaire

1 Jean 2:1 : « Mes petits enfants, je vous écris ces choses pour que vous ne commettiez pas de péché. Et pourtant, si quelqu’un vient à commettre un péché, nous avons un assistant auprès du Père, Jésus Christ, un juste. »

1 Timothée 2:5 : « Car il y a un seul Dieu, et un seul médiateur entre Dieu et les hommes, un homme, Christ Jésus. »

Hébreux 7:25 : « Donc, il peut aussi sauver totalement ceux qui s’avancent vers Dieu par son intermédiaire, parce qu’il est toujours vivant pour intercéder en leur faveur. »

Heureusement Dieu a prévu que Jésus nous soit un assistant efficace pour nous aider ; en effet il intercéde en notre faveur.

Du fait de notre état de pécheur actuel, il est notre intermédiaire vers Dieu, car nos prières sont présentés par son moyen.

Un sacrifice

1 Jean 4:10 : « L’amour à ce propos n’est pas que nous avons aimé Dieu, mais que lui nous a aimés et a envoyé son Fils comme sacrifice de réconciliation pour nos péchés. »

Dieu a offert un sacrifice propitiatoire pour les péchés en la personne de Jésus Christ. En effet, sa mort sacrificielle est le pendant juridique pour racheter le péché adamique.

Agir

1 Jean 3:4-10 : « Toute personne qui pratique le péché pratique le mépris de la loi, car le péché est le mépris de la loi. 5 Vous savez aussi que Jésus est venu pour enlever nos péchés ; et il n’y a pas de péché en lui. 6 Toute personne qui reste en union avec lui ne pratique pas le péché ; toute personne qui pratique le péché ne l’a pas vu et n’est pas non plus parvenue à le connaître. 7 Petits enfants, que personne ne vous trompe ; si quelqu’un pratique la justice, il est juste, tout comme celui-là est juste. 8 Si quelqu’un pratique le péché, il vient du Diable, parce que le Diable pèche depuis le commencement. C’est pour cela que le Fils de Dieu est venu : pour détruire les œuvres du Diable. 9 Toute personne qui est née de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu reste en elle, et cette personne ne peut pas pratiquer le péché, parce qu’elle est née de Dieu. 10 Voilà ce qui distingue les enfants de Dieu et les enfants du Diable : celui qui ne pratique pas la justice ne vient pas de Dieu ; celui qui n’aime pas son frère, non plus. »

1 Jean 5:18 : « Nous savons que toute personne qui est née de Dieu ne pratique pas le péché, mais celui qui est né de Dieu veille sur elle, et le méchant n’a pas de prise sur elle. »

Ces versets nous montrent bien que nous avons notre part à faire, s’efforcer de faire ce qui est juste aux yeux de Dieu.

Les vrais chrétiens ne pratiquent pas volontairement le péché — ils ne s’adonnent pas au péché, même s’il leur arrive de commettre malheureusement un acte qui est un péché.

Mais que faire si c’est le cas ? Non seulement continuez à s’efforcer et prier…

La prière

1 Jean 1:9 : « Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous pardonner nos péchés et nous purifier de toute injustice. »

1 Jean 5:16a : « Si quelqu’un aperçoit son frère en train de commettre un péché qui ne mène pas à la mort, qu’il prie, et Dieu donnera la vie à ce frère. (…) »

L’autre moyen que Dieu a prévu est celui de demander pardon par la prière, la nôtre, mais aussi celle de nos frères et sœurs spirituels.

Ce moyen est prévu pour lui demander qu’Il nous aide à progresser.

Absolu ?

1 Jean 5:16b,17 : « (…) Il la donnera à ceux qui ne commettent pas de péchés qui mènent à la mort. Il y a un péché qui mène à la mort. Ce n’est pas à propos de ce péché-​là que je lui dis de faire une demande. 17 Toute injustice est péché, et pourtant il y a un péché qui ne mène pas à la mort. »

Alors, certains péchés sont pardonnables et d’autres non !?
Lesquels ne le sont pas ?

Si péché au sens de commettre involontairement une action malheureuse, qui déplaise à Dieu, à son sens de sa Justice est malheureusement possible, Dieu a prévu les moyens présentés ci-dessus pour s’amender et s’améliorer.

Néanmoins, il est certains péchés “ultimes”, irrémédiables, que Dieu ne pardonne aucunément :

  1. Le péché contre l'esprit saint : celui de blasphémer contre !

Mat. 12:31 : « Voilà pourquoi je vous dis que toutes sortes de péchés et d’injures seront pardonnés aux hommes, mais le blasphème contre l’esprit saint ne leur sera pas pardonné. »

Marc 3:28,29 : « Vraiment, je vous dis que les hommes seront pardonnés de tous les péchés qu’ils commettent et de toutes les injures qu’ils prononcent. 29 Cependant, celui qui blasphème contre l’esprit saint ne sera jamais pardonné ; il est coupable d’un péché éternel. »

Luc 12:10 : « Et celui qui parle contre le Fils de l’homme sera pardonné, mais celui qui blasphème contre l’esprit saint ne sera pas pardonné. »

C’est-à-dire ne pas reconnaître volontairement la puissance de l’esprit saint de Dieu, lutter contre Dieu - ne pas le reconnaître volontairement -, contre sa volonté, sa force, son esprit saint, a ce même résultat.

  1. Le péché volontaire

Hébreux 10:26 : « Car si nous pratiquons le péché volontairement après avoir reçu la connaissance exacte de la vérité, il ne reste plus pour les péchés aucun sacrifice. »

L’acte volontaire de pêcher, de faire mal ou de faire du mal, en contradiction avec les principes de Justice de Dieu, selon ses normes morales et spirituelles.

  1. Ceux qui abandonnent, après avoir reçu l’espérance céleste.

Hébreux 6:4-6 : « En effet, ceux qui ont été éclairés, qui ont goûté le don gratuit du ciel, qui sont devenus participants de l’esprit saint 5
et qui ont goûté la belle parole de Dieu et les puissances du monde à venir, 6 mais qui sont tombés, il est impossible de les faire revivre encore une fois pour le repentir, parce qu’ils clouent eux-​mêmes de nouveau le Fils de Dieu au poteau et l’exposent au déshonneur public. »


updatedupdated2020-05-072020-05-07